Tag: nature

CYGNE:

Sur le pont, discrètement je me cache derrière l’osier pleureur.

Observant le cygne qui règne inlassablement sur son lac.

Passe son territoire en revue.

suivi de sa fidèle.

 

Imperméable d’un hiver qui s’éternise et d’un printemps qui se laisse désirer.Lisez la suite

UN GÉRANIUM DÉLAISSÉ :

Un géranium délaissé.

Là, au bord de la forêt avoisinante.

Après un été florissant.

Il est vrai, il semblait s’éteindre.

L’automne le couvrit de ses feuilles mortes.

L’année s’écoula, une nouvelle fit son entrée.

Le tout entassé d’une couette hivernale.… Lisez la suite

NOIR ET BLANC :

NOIR ET BLANC :

Il fait nuit.

Seul dans mon lit.

Toute lumière éteinte.

Les rideaux fermés.

Les volets descendus.

La maison isoler

À la lisière de la forêt et des prés.

Aucune lueur n’a l’opportunité de pénétrer.

Dans un noir … Lisez la suite

AU CŒUR DE L’AUTOMNE :

AU CŒUR DE L’AUTOMNE :

Au cœur de l’automne.
Héritage d’une année fructueuse amassée.
Un ciel bleu illumine le décor.
Sous la complicité des couleurs automnales.
Quant aux dernières fleurs, elles peinent à contraster.

Au cœur de l’automne.
Plaisir insuffisant.… Lisez la suite

LA VERDIERE :

LA VERDIERE :

Il pleut cette nuit sur la verdière.
L’obscurité s’assombrit par l’absence d’étoile.
Même le hibou veille sous un silence absolu.
En toute discrétion ; l’âme telle une colombe se fait toute légère.

Au lever du jour à … Lisez la suite

J’HABITE SOUS LES BOIS.

J’HABITE SOUS LES BOIS.

J’habite sous les bois.
Comme tous les soirs ; le jour est parti se coucher là-bas, au loin dans l’horizon.
Une fois le soleil disparu, je n’ai pas vu apparaître la lune.
Toute la nuit, derrière … Lisez la suite

MON DIEU, ILS T’ONT OUBLIE

Mon Dieu, ils t’ont oublié :

Mon Dieu, ils t’ont oublié, t’abandonnes dans l’oubliette.
Voyant le mal pour le bien.
Jetant de la poudre aux yeux, créant des nouveaux dieux.

Mon Dieu, ils t’ont oublié ; espérant t’avoir gommé à … Lisez la suite

L’ombre et le soleil

L’ombre et le soleil

 

Seul sur le chemin des premiers jours d’automne.

Les feuilles encore vertes et le ciel bleu.

Les dernières roses résistent.

Les dahlias me font oublier que l’automne est bien là.

Pendant que les asters m’appellent … Lisez la suite

À l’embouchure de ma rivière

C’est en allant sur la tombe d’Émile VERHAEREN que j’ai reçu l’inspiration de ce premier poème.
Moi-même, originaire de la ville de Termonde (Dendermonde) la ville la plus proche du petit village d’Émile VERHAEREN). Ce poème raconte mes balades, mais … Lisez la suite