J’AI RAMASSÉ LES MOTS :

J’AI RAMASSÉ LES MOTS :

 

J’ai ramassé les mots qui trainaient.
Étaler à terre.
Sur vos balades.
Aucun n’a été égaré.
Tous ; je les ai amassés.

Après ma randonnée sur vos excursions.
J’ai conservé tous les mots que … Lisez la suite “J’AI RAMASSÉ LES MOTS :”

SA PLUME EST SÈCHE :

SA PLUME EST SÈCHE :

 

Sa plume est sèche, complètement sèche.
Plus moyen d’en sortir une voyelle.
L’écrivain ne sait plus quoi faire.
Il a beau se gratter la tête. De sa plume, rien n’en sort.

Sa plume est … Lisez la suite “SA PLUME EST SÈCHE :”

SEUL :

SEUL :

Seul.
Seul dans la grande ville.
Étouffé par l’immense foule.
Qui m’oppresse et m’ignore.
J’étouffe et m’affole dans le métro.

Seul.
Le bruit me désoriente.
La chaleur m’accable.
La solitude me frisonne.
La peur me gèle.
Aucune échappatoire … Lisez la suite “SEUL :”

ÊTRE SANS ÊTRE :

ÊTRE SANS ÊTRE :

Être sans être.
Est-ce bien-être ?
Être soi-même, mais comment donc ?
Être sans pouvoir être soi.

Être sans être.
Être sans pouvoir choisir d’être.
Être certain d’être.
Être tout en étant incertain d’être.

Être sans … Lisez la suite “ÊTRE SANS ÊTRE :”

LA VERDIERE :

LA VERDIERE :

Il pleut cette nuit sur la verdière.
L’obscurité s’assombrit par l’absence d’étoile.
Même le hibou veille sous un silence absolu.
En toute discrétion ; l’âme telle une colombe se fait toute légère.

Au lever du jour à … Lisez la suite “LA VERDIERE :”

MON NORD A MOI :

MON NORD A MOI :

 

Mon Nord à moi.
C’est là où l’eau argentée se fond dans l’horizon sans fin.
Où quelques cumulus blancs se mélangent aux vagues blanches.
Mer du Nord, tu sembles vouloir aller dans un Nord … Lisez la suite “MON NORD A MOI :”

MAGNOLIA :

MAGNOLIA :

Chaque matin, tu me fascines.
Hiver, comme été ou automne.
Telle une dame élégante tu changes d’apparence chaque jour.

Mais c’est à la portée du printemps que tu m’émerveilles.
Prenant tout ton temps tu t’habilles de ton plus … Lisez la suite “MAGNOLIA :”

FRANCE ; TOI QUI ME RESSEMBLES :

FRANCE ; TOI QUI ME RESSEMBLES :

France ; toi qui me ressembles.
Certes, tu es belle.
Comme je suis beau.
Pourtant, je t’aime dans ta différence.

France ; toi qui me ressembles.
Tu es grande.
Moi, je suis petit.… Lisez la suite “FRANCE ; TOI QUI ME RESSEMBLES :”

PETITE PRINCESSE :

PETITE PRINCESSE :

 

Le printemps toujours présent.
L’été à proximité.
Le temps, celui d’un jour d’automne.

C’est sous ce paysage des quatre saisons.
Que deux jeunes gens se promenaient.
Sous l’horizon d’un champ de choux qui se contrastait dans … Lisez la suite “PETITE PRINCESSE :”

PÈRE :

PÈRE :

 

Père.
Image fracturée.
Quand au sein de ma mère.
Tes cris m’ont étouffé.

Père.
Image refroidie.
À peine, j’ai senti ta chaleur.
Et toi, tu as plié bagage.

Père.
Image brisée.
Quand maman m’a annoncé.
Jamais plus … Lisez la suite “PÈRE :”