LES BLONDES, LES ROUSSES, LES BRUNES ET LES BLANCHES.

LES BLONDES, LES ROUSSES, LES BRUNES ET LES BLANCHES.

J’avais seize ans quand je me suis tapé ma première blonde.
C’était une star étoilée que je portais du bout des doigts.
Toi la jeune Louvaniste tu étais trop bien pour moi.

Alors, je me suis tapé la capitale.
Là, j’ai plongé dans une vie un peu amère.
Mais délicieuse.

Ce fut le tour d’une rousse, bien wallonne.
Toujours à l’ombre ; fallait faire bien attention au coup de soleil.
J’aimai trop le soleil ; alors d’un seul geste, la rousse, je m’en suis débarrassé.

Pour me payer une brune de la périphérie.
Somptueux, j’étais au septième ciel.
Presque fidèle ; moi qui ne l’ai jamais vraiment été.

J’ai dû un peu m’éloigner, je ne sais même plus où j’étais.
Ne me demandez pas si elle était blonde, rousse, brune, je ne sais plus.
Ce que je sais ; c’est que je suis tombé à la trappe, sans vraiment me repentir.

C’est sous l’ombre d’une vieille blanche que je me suis réveillé.
Me souvenant d’une seule chose.
De toutes les bières, c’est bien la Belge la meilleure.

3090 OVERIJSE ( Belgica ) le vendredi 29 février 2008.

Thierry MAFFEI.

P.S. Toutes ressemblances à ma personnalité ne pourraient être que pur hasard.
Elle n’a comme seul but de promouvoir la bonne bière belge.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.