Petits oiseaux devenus grands

Petit poème dédié à mes deux enfants, si différents, mais que j’aime chacun selon sa différence. Je sais combien vous souffrez tous les deux de l’absence de votre maman, mais le temps est venu que vous soyez chacun vous même dans vos différences et que vous vous détachiez de moi pour vivre pleinement vos vies.

Petits oiseaux devenus grands

Petits oiseaux devenus grands.

Petits oiseaux devenus grands.

Souvenez-vous du temps où vous espériez prendre votre envol.

Curieux vous étiez de découvrir le monde.

Maintenant que vous pouvez prendre votre envol.

A mon nid vous restez accrocher.

Qu’est-ce qui vous fait peur ?

Est-ce par crainte de la vie où l’odeur de votre maman qui vous retient ?

Petits oiseaux devenus grands.

Regardez-vous aux beaux oiseaux.

Soyez fier de vos beaux plumages.

Ne vous comparez pas l’un à l’autre.

Soyez vous même, c’est ainsi que je vous aime.

Sans haine et sans rancoeur, je vous pousse à la vie.

A votre tour de faire vos nids.

Petits oiseaux devenus grands.

Oiseau de nuit, oiseau de jour.

A vous de vous découvrir.

d’être ce que vous êtes.

Aigle-Royal ou Grand-Duc.

Imposant ou plus discret.

Mais de grâce, ne vous comparez pas l’un à l’autre.

Petits oiseaux devenus grands.

Souvenez-vous, ensemble vous avez grandi.

Du même sang vous êtes.

Toujours mes enfants vous resterez.

tel un père, une mère, je vous aime.

N’oubliez lamais.

Petits oiseaux devenus grands.

A deux vous m’entourez.

Ne vous inquiétez pas pour moi.

A trois vous avez forgé mon bonheur.

A vous maintenant de forger le vôtre.

Maman n’est plus là.

Prenez votre envol, elle veillera toujours sur nous.

3090 OVERIJSE (Belgica), le jeudi 25 décembre 2014.

 

                             Thierry MAFFEI.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

CommentLuv badge