LE MANNEQUIN:

LE MANNEQUIN :

Derrière une vitre alléchante, les jeunes filles admirèrent les mannequins.

Se voyant vêtues, se prenant pour mannequin.

Ce qui laissa les mannequins de bois.

Tous, sauf un.

Fait de toutes pièces.

Marre de voir toutes ces demoiselles en uniforme.

La rue toujours sombre et triste.

Qu’il fasse obscur ou lumineux.

Il fallait, trouver une échappatoire pour sortir de cette prison de verre.

Personne à qui se confier.

Moins encore à ces mannequins sans âme.

Sans parler des habilleuses sans cervelles.

Aucun moyen de déplaire.

Rien à y faire.

Même en se laissant décomposer.

Ces dames le recomposaient.

Les jours, se suivirent et se ressemblèrent sans aucune esquive.

Jusqu’au jour.

Arriva le renouvellement du magasin.

Tous furent jetés dans un conteneur.

Le mannequin crut à sa fin.

C’était le cas pour tous les mannequins.

Quant à lui ?

Un fermier qui passait.

Observant ce drôle de mannequin fait de tout ingrédient.

L’emportât et le couvrît de vieux habits.

Le fiat au milieu de son champ.

Les jours, les mois, les saisons, les années passèrent.

Qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il fasse soleil.

Le mannequin s’y plut.

Car, jamais il n’avait oublié, qu’épouvantail il n’avait cessé d’être.

3090 OVERIJSE (belgica), le dimanche 03 juillet, 2011.

www.lemmiath.com

Thierry MAFFEI.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.