Une petite pensée s’est perdue.

Une petite pensée s’est perdue.

Une petite graine s’est perdue au bord de ma maison.
J’ignore comment elle s’est égarée.
Est-ce un oiseau assoiffé ?
Un Papillon qui s’est arrêté de flâner ?
Ou une abeille qui a paumé son pollen ?
Je ne sais !
Ce que je puis vous dire.
C’est qu’une minuscule semence éperdue.
Ici, au pied de ma porte a germer.
Telle une vilaine mauvaise herbe, elle a grandi.
J’aurai pu l’arracher.
Mais non ; je l’ai laissé pousser.
Comme une simple plume, posez sur une feuille vierge.
Elle a écrit un léger feuillage vert.
Quelques insignifiants points blancs sont apparus avant même que je ne devine de quoi il s’agit.
Un beau jour est née une superbe fleur.
C’était une microscopique pensée blanche.
Je l’ai laissé là.
Elle a continué sa croissance.
Malgré la sécheresse d’un été chaud.
Elle a résisté au froid de l’hiver.
Sans se lasser, elle a fleuri de blanches pensées.
Tous les matins, elle me saluait.
Tous les soirs, elle m’accueillait.
Sans jamais rien me demander.
Ce fut la seule fleur qui embellissait mon jardin.
Elle m’avait été donnée gratuitement par je ne sais qui.
Un malheureux jardinier malvoyant la confond à une plante nuisible.
Depuis, j’attends désespérément qu’une pauvre semence se déroute sur mon allée.
Que tu sois oiseau, papillon ou abeille.
Si tu passes devant chez moi, n’aie pas peur de déposer une particule de pensée.

3090 OVERIJSE (Belgica), le 05 mai 2008.

 

 

 

Thierry MAFFEI.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.