LES NOCES D’HIVER,

LES NOCES D’HIVER,

Vêtu de son vieux manteau d’hiver.
Les mains dans les poches.
Ses pieds chaudement bottés s’enfoncent dans la neige fraichement tombée.
Sous son écharpe se camoufle son visage.

Une musique silencieuse comme accompagnement.
Brisé d’un sifflement venteux.
Quelques corneilles affamées ; amplifier l’orchestre.
De mystérieux craquements s’invitent au concert.
Parfois, un croisement interrompt une strophe par une salutation distinguée.

Le ciel devenu tout bleu après une nuit libératrice de ses petits flocons.
Le soleil trop bas fait qu’il masque davantage sa figure par des verres noirs.
Doucement, mais surement, son esprit se libère de tous ses tracas.
Tout son corps se dilate et s’allège.
Une première main ressort de sa poche pour se défaire de sa paratine pour ensuite se débarrasser de son capuchon envahissant.

Des paroles intérieures s’ajoutent à la mélodie.
Que tu es belle dame-nature dans ta superbe robe de noce !
Lui aussi, ton fiancé le roi des forêts s’est fringué d’un vêtement blanc.
Tous tes convives, les champs, les prés portent leurs tenues immaculées.
De simples perce-neige comme joli bouquet de mariée.

Tiens, voilà que les premiers feuillages d’hyacinthes sauvages font leurs apparitions.
Les premiers bourgeons se protègent sous les branches.
Quelques arbustes fleurissent préalablement.
Sous ton habit hivernal, tout semblait mort.
Mais la vie se montre toujours plus forte que les ténèbres.

Le soir arrive à petits pas.
Pousse déjà la porte de sa demeure, c’est une table accueillante qui l’attend.
Garnie de crêpes bien chaudes, après avoir terminé une joyeuse danse.
La pleine lune étoilée nous fait omettre les longues cécités de la saison froide.
Encore une soirée entamée sous les rires des enfants amusés.

3090 OVERIJSE (Belgica) le 18 avril 2008.

Thierry MAFFEI.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.