GÉNIE ET FOLIE DES HOMMES,

GÉNIE ET FOLIE DES HOMMES,

Là-haut, sur la falaise un phare s’allume.
Au loin, le soleil se couche ; là où le jour se lève.
Du haut de sa tour, l’homme solitaire regarde dans le lointain l’horizon.
Le soleil couchant se reflète une dernière fois sur l’Océan dans toutes leurs immensités.

Fixe ses yeux sur un bateau qui s’éloigne.
À cet instant, il s’imagine voyager sur une caravelle de cristal.
C’est sur une nuée que le corsaire effleure l’Atlantique.
Amenant à son bord un nombre de fantômes du Nouveau Monde.

La nuit à peine tombée, que les étoiles illuminent sa flotte imaginaire.
Continue son voyage ; où l’aurore se manifeste.
Une flamme géante brûle au pied de l’autre rive, lui fait bon accueil.
Flambeau de liberté ; tenue d’une main tendue vers le ciel au soleil levant.

Découvre cette terre promise tant convoitée.
Entouré d’un Grand Canyon de verre et de béton.
Où, indien et cow-boy se côtoient.
Déguisé en un style Anglo-Italien pas très distingué.

Conduit dans un carrosse de fortune ; tiré par des centaines de chevaux imperceptibles.
Noir de monde ; esclave de malbouffe.
L’individu effrayé fuit la folle ville.
C’est dans un champ de quiétude qu’il se retrouve.

D’un côté, du blé et du maïs à l’infini.
De l’autre côté, l’univers du Far West.
Tenant d’une main la selle.
Jonglant de l’autre main, un lasso.

Effrayer !
C’est finalement au milieu d’un Océan déchiré que l’homme se réveille.
Là-Bas ; au milieu de l’Arctique.

Face, à la folie et le génie de l’homme.

3090 OVERIJSE (Belgica) le mercredi 28 mai 2008.

Thierry MAFFEI.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.