À TOI QUI ME LIS,

À TOI QUI ME LIS,

À toi qui me lis,

J’ai ramassé tes larmes pour les poser dans ce vase d’eau vive.
Ce nénuphar je l’ai cueilli pour le poser dans cette eau claire.
Ce vase représente toute ta transparence.
Cette eau, toute ta clarté.
Ce nénuphar ta véritable identité.
Que tous ceux qui t’aiment le sachent !

3090 OVERIJSE (Belgica) le vendredi 18 janvier 2008.

Thierry MAFFEI.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.