TIC-TAC, TIC-TAC.

TIC-TAC, TIC-TAC :

Tic-tac, tic tac ?
Seul bruit qui vient briser le vacarme du silence.
Ce remue-ménage qui s’accorde à l’ennui de ta quitude.

Tic-tac, tic-tac.
Du matin au soir, sans relâche il interrompt ton ennuyeuse solitude.
Même la nuit il accompagne ta morosité.

Tic-tac, tic-tac.
Tu passes d’une chambre à l’autre et il te suit de partout ton tic-tac.
Le bruissement de semelles, tente à faire oublier ce tic-tac qui ne te quitte pas d’une semelle.

Tic-tac, tic-tac.
Tu comptes minutieusement les heures.
Offrant chaque heure son juste instant.

Tic-tac, tic-tac.
Tu t’ennuies à en mourir.
Mais ne désire entendre personne de peur d’appréhender autre chose.

Tic-tac, tic-tac.
Quand cesse le tic-tac, c’est que l’heure sonne son heure.
À chaque heure, un son de plus.

Tic-tac, tic-tac.
Oublié de tous ; même la déflagration extérieure, tu’n’écoutes plus.
Seul derrière ton carreau de l’extérieur, les corbeaux restent attentifs.

Tic-tac, tic-tac,
Ton cœur qui a cessé de faire boum-boum à force d’avoir le cœur fermé.
Les yeux fixés vers l’horloge ; personne pour fermer tes paupières.

Tic-tac, tic-tac.
Pas une âme pour remonter l’horloge ; ta seule et unique occupation.
À son tour, elle cessera de faire, tic-tac, tic-tac, et l’horloge s’arrêtera à l’heure indiquée.

3090 OVERIJSE ( Belgic ), le dimanche 16 novembre 2008.

 

 

 

Thierry MAFFEI.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.