thierry maffei

Né un beau matin d’automne de l’an 1954. Dans une petite ville de Flandre-Orientale au Royaume de Belgique. Facile de retrouver sur une carte, il suffit de suivre l’embouchure de la Dendre qui se jette dans l’Escaut. Termonde (DENDERMONDE) en latin Teneramonda est une ville qui se situe entre Gand, Anvers et Bruxelles. La ville même 10.000 âmes, 40.000 avec son arrondissement. Mon premier écrit date de l’an 2001 et s’intitule « À l’embouchure de ma rivière » après avoir diffusé mes poèmes sur divers site poétique, j’ai pris la résolution d’ouvrir mon propre blog dans l’espoir d’être plus visible, mais aussi mieux protéger. J’en profite aussi pour affiner mes écrits. Écrire, c’est une manière de dévoiler une partie de soi-même qui peut prendre forme de thérapie.

Posts les plus commentés

  1. Les trois rois — (2 commentaires)
  2. Le cougnou et le chocolat chaud — (2 commentaires)
  3. LA GARE DES NEUF PROVINCES: — (1 commentaire)

Author's posts

FRANCE ; TOI QUI ME RESSEMBLES :

FRANCE ; TOI QUI ME RESSEMBLES :

France ; toi qui me ressembles.
Certes, tu es belle.
Comme je suis beau.
Pourtant, je t’aime dans ta différence.

France ; toi qui me ressembles.
Tu es grande.
Moi, je suis petit.… Lisez la suite

PETITE PRINCESSE :

PETITE PRINCESSE :

 

Le printemps toujours présent.
L’été à proximité.
Le temps, celui d’un jour d’automne.

C’est sous ce paysage des quatre saisons.
Que deux jeunes gens se promenaient.
Sous l’horizon d’un champ de choux qui se contrastait dans … Lisez la suite

PÈRE :

PÈRE :

 

Père.
Image fracturée.
Quand au sein de ma mère.
Tes cris m’ont étouffé.

Père.
Image refroidie.
À peine, j’ai senti ta chaleur.
Et toi, tu as plié bagage.

Père.
Image brisée.
Quand maman m’a annoncé.
Jamais plus … Lisez la suite

L’INTERDIT :

L’INTERDIT :

L’interdit.
Que c’est bon l’interdit.
Oser l’interdit.
Comme un défi qu’on se fait.

L’interdit.
Tout en respectant la loi de l’obéissance.
Lever le pari de prouver le contraire.
Se moquer des qu’en-dira-t-on.
Au risque de se faire bannir.… Lisez la suite

VUE DU LION DE FLANDRE :

VUE DU LION DE FLANDRE :

 

Marie,
De loin, je te visualise sans te voir.
Du haut de ta tour, tu protèges.
Ton diocèse par l’autorité du serviteur.

Qu’il fasse jour, qu’il fasse nuit.
Ton cœur d’or.
Resplendis sur … Lisez la suite

LA CRÈCHE :

LA CRÈCHE :


Après un long voyage.
Plus de place pour être accueilli.
Jeté au dehors de la cité.
La porte se ferme sous l’obscurité.

Derrière le haut mur.
Juste à l’arrière sous le palais Royale.
Construit sur le … Lisez la suite

L’ÉPOUVANTAIL DEVENU MANNEQUIN :

L’ÉPOUVANTAIL DEVENU MANNEQUIN :

 

Un épouvantail.
Oublié dans un champ.
Déserté de toutes récoltes.
Les oiseaux n’avaient plus peur de lui.
Même qu’une alouette avait fait de son épaule sa demeure.

Pauvre épouvantail.
Il se sentait bien inutile.
S’il … Lisez la suite

SEUL TON FEUILLAGE RÉSISTE :

SEUL TON FEUILLAGE RÉSISTE :

 

 

Seul ton feuillage résiste.
Là-bas au fond de mon jardin.
Là, près du banc.
Où j’aime me tenir à l’ombre.
Quand il y a trop de soleil.

Seul ton feuillage résiste.
Fidèlement présent.… Lisez la suite

UN POÈTE S’EST PERDU :

UN POÈTE S’EST PERDU :

Un poète s’est perdu.
L’auriez-vous pas vu parmi vos poèmes ?
J’ai cherché parmi vos écrits.
S’il vous plait ; narguer avec moi dans vos œuvres poétiques.

Un poète s’est perdu.
Ce n’est pas un … Lisez la suite

UN BAISER S’EST PERDU :

UN BAISER S’EST PERDU :

 

 

Un baiser s’est perdu sur ses lèvres.
Et les lèvres se sont enlacées.
Les langues se sont enfuies et se sont emmêlées.

Un baiser s’est perdu sur ses lèvres.
Les idiomes se sont … Lisez la suite